ATOUT RISK MANAGER N°33

ATOUT RISK MANAGER N°33 I ÉTÉ 2022 34 Dossier - Maîtriser les risques hydrogène et batteries au lithium-ion qu’il est très difficile à éteindre », renchérit Arnaud Aymé chez Sia Partners. Et ce d’autant plus que les batteries, de plus en plus performantes, stockent davantage d’énergie sur un plus petit volume. En réalité, la probabilité que la batterie des véhicules hybrides rechargeables et des voitures électriques prenne feu est très faible. Quelques cas d’incendies non expliqués, répertoriés en Corée du Sud, en Europe et en Amérique du Nord ont par exemple incité le constructeur sud-coréen Hyundai à organiser le rappel préventif de quelque 25 000 exemplaires de son Kona Electric produits entre septembre 2017 et mars 2020. Mais c’est une infime partie des centainesdemilliersdevéhicules électriques vendus par Hyundai dans le monde. Une Tesla a également pris feu en France il y a quelques années, sans oublier l’exemple des trois bus à Paris et Carcassonne en avril 2022. Quant aux risques liés à l’hydrogène, décrypte Bertrand Poireault, chez Polyexpert, “il s’agit du gaz le plus léger de l’univers avec une viscosité très faible, ce qui lui confère une grande propension à fuir d’autant plus que ses conditions de mise en œuvre imposent des pressions élevées. Il est dix fois plus inflammable que d’autres gaz. Avec une caractéristique de taille : la flamme d’hydrogène est quasiment invisible à l’œil nu. Toutefois, l’hydrogène possède la caractéristique de se diluer très rapidement dans l’air limitant la formation de conditions dangereuses lorsqu’une fuite intervient dans un milieu ouvert. » Conséquence, écrit la Revue Face au Risque (1), “les systèmes mettant enœuvre de l’hydrogène (réservoirs, compresseurs, électrolyseurs, piles à combustibles, etc.) présentent des risques d’incendie, d’explosion et de projections, soit des systèmes eux-mêmes, soit des conteneurs ou bâtiments qui les renferment. » Que dit l’accidentologie? Bertrand Poireault en dresse la liste : en juin 2019, une explosion et un incendie se produisent dans une entreprise de production et stockage d'hydrogène aux États-Unis. Même scénario, le même mois, dans une station-service de distribution d’hydrogène en Norvège. En mai 2019, une explosion se produit dans un bâtiment spécialisé dans les pilesàcombustibleàhydrogèneà240kilomètres de Séoul. Plus récemment le 7 juillet 2021, l’incendie d’un bus hydrogène se déclenche au dépôt de Doetinchen aux Pays-Bas. Les normes de prévention sont conçues en fonction de ces risques, souligne encore Bertrand Poireault : puisque l'hydrogène est très sujet aux fuites mais qu’il se dilue vite dans l’air, « la réglementation impose une ventilation des locaux à toutes les étapes du cycle de vie de l’hydrogène - production, stockage, distribution et utilisation ». Nouvelles chaînes de valeur Ces nouveaux risques doivent être pris en compte dans les filières induites par ces nouvelles sources de propulsion, à tous les stades de la chaîne de valeur. « L’ensemble de la chaîne de valeur est concerné par ces nouvelles technologies : constructeurs, équipementiers, fournisseurs, réseaux de distribution vente, réparation », décrit Franck Le Bail, (KYU). Tous ces acteurs - traditionnels et nouveaux pour certains comme les installateurs de bornes de recharge – sont exposés à de nouvelles problématiques et ont des besoins en nouvelles compétences. « C’est le cas de la filière électronique », reprend le consultant, «qui doit répondre au défi de l’électromobilité avec des besoins en compétences en électronique de puissance bien spécifiques.» Parmi les nouveaux acteurs qui apparaissent, les installateurs des infrastructures de recharge portent aussi une partie du risque. Au point que Tesla a décidé d’internaliser cette activité afin de maîtriser toute la chaîne. Chez Sia Partners, Arnaud Aymé désigne pour sa part un nouveau risque en perspective, « quand la batterie du véhicule sera utilisée pour «L’hydrogène est le gaz le plus léger de l’univers (…), il a une grande propension à fuir. Il est dix fois plus inflammable que d’autres gaz et il fuit très facilement. » Bertrand Poireault, Polyexpert. «L’hydrogène est actuellement à l’état de «proof of concept », c’est le cycle d’après les batteries au lithium. » Quentin Derumaux , Sia Partners.

RkJQdWJsaXNoZXIy MTkzNjg=