ATOUT RISK MANAGER N°33

ATOUT RISK MANAGER N°33 I ÉTÉ 2022 67 Actualités de l’Amrae - Défis de l’assurance la moitié, la biodiversité est un objectif car la demande vient de leurs clients et des actionnaires. « En 2022, un quart des unités de compte des Français est placé sur des labels développement durable », indique Karim Carmoun. Quid des assureurs ? « En un an, le climat est passé de 24 à 31% de leurs préoccupations, et 54% de leur engagement dans leur politique d’investissements », rapporte le porte-parole de Robeco. « 1 once de prévention vaut 1 livre de guérison » Pour autant, « le marché de l’assurance recule, » constateMichel Josset. « Les capacités baissent, les franchises augmentent, le transfert du risque climat vers l‘assurance est mal aisé », note le président de la commission prévention et dommages aux biens de l'Amrae. Solution, prévenir plutôt que guérir. « Si on n’empêche pas la pluie de tomber, on peut décider de ne pas s’installer en zone inondable, les cartes risques des assureurs sont en train de changer, ça bouge. Ils tiennent ces données à disposition. Il faut mettre en place des dispositifs de vigilance météo et d’alertes usine. En deux jours, on peut faire beaucoup de choses pour protéger un site industriel. Et puis, il y a les dispositifs de protection comme les digues. Et sinon, déménager ! », préconise Michel Josset. C’est cher, mais parfois vital. « Une once de prévention vaut une livre de guérison », renchérit José Bardaji en citant Benjamin Franklin. Signe ces temps, à l’image des groupes d’investisseurs comme Net Zero Asset Owner Alliance qui ont pris l'engagement d'assurer la transition de leur portefeuille d'investissements vers une neutralité carbone d'ici à 2050, « le monde de l’assurance s’organise aussi autour de l’enjeu du climat », relève le gestionnaire d’actifs. La moitié des membres de Net Zero Insurance Alliance et Net Zero Asset Alliance sont des assureurs. Tous ces groupes d’investisseurs s’appuient sur les notations extra-financières. « Le problème, c’est, la multiplication des labels. Il faut un vrai leadership sur les sujets climat qui permettrait d’aligner tous les investisseurs », insiste Karim Carmoun (sur ce sujet, lire l’interview page 68) Quid de l’assurabilité du risque climatique ? Pour Michel Josset, « Les assureurs ne prennent pas en compte les efforts réalisés par les entreprises. Ils l’ont fait pour les sprinklers, mais les actions de prévention contre les risques naturels sont largement ignorées dans les tarifications », ajoute le représentant de l‘Amrae. Qui prédit un énorme sujet d’assurabilité à venir dans les outremers qui à eux seuls pèsent pour 5,3 % de la sinistralité. La solution : la mutualisation, la réassurance ? « Même avec ça… », soupire Michel Josset. «Il faut mettre en place des dispositifs de vigilance météo et d’alertes usine. En deux jours, on peut faire beaucoup de choses pour protéger un site industriel.» Michel Josset, administrateur de l’Amrae, président de la commission prévention et dommages aux biens, directeur assurances et prévention de Forvia. De gauche à droite : José Bardaji, Karim Carmoun, et Michel Josset.

RkJQdWJsaXNoZXIy MTkzNjg=